search

Accueil > Espace professionnel > Ma bibliothèque > Apprendre à résister

Apprendre à résister

jeudi 10 août 2017, par Sandrine Esquirol-Paquerot

Dans cet ouvrage, outre les chapitres qui permettent au lecteur de comprendre comment à l’aide de l’apport conjugué de la psychologie et des neurosciences, l’auteur a isolé une fonction essentielle du cerveau : la résistance cognitive.

Le lecteur comprendra, au fil des pages et des chapitres, la genèse de cette découverte au travers de nombreux exemples chez les bébés, les enfants et les adolescents. De plus, l’auteur montre et explique comment il est possible de la mettre en oeuvre pour améliorer l’apprentissage, à tout âge.

Le dernier chapitre met en avant le potentiel de cette méthode dans des situations très engagées, comme l’éducation des jeunes à résister à l’embrigadement. C’est ainsi que tout au long de son propos, l’auteur nous livre le fruit de ses recherches et réflexions en nous montrant que sauf à croire aux utopies, l’environnement restera toujours plus ou moins hostile, conflictuel et le cerveau en clair obscur. De ce fait, il faut continuer à parier tout à la fois sur la résilience émotionnelle de Boris Cyrulnik ainsi que sur la résistance cognitive. Cette dernière correspondant au système d’inhibition du cortex préfrontal qui, guidé par l’anticipation émotionnelle du regret va permettre, au cas par cas, de résister aux automatismes de pensée et d’action lorsqu’ils sont ou deviennent irrationnels pour activer les algorithmes rationnels du beau, du vrai et du bien. Car : "Bien résister, c’est apprendre à raisonner. Et raisonner, c’est fermer la porte à ceux qui veulent penser pour nous."

Au sommaire :

La résistance cognitive

  • Nouveaux réseaux
  • L’idée générale de résistance
  • Des bébés aux adultes
  • Des caméras pour observer le cerveau et ses réseaux
  • Des objets, des nombres, des catégories et des idées

 

Résister pour retrouver des objets

  • La naissance de l’intelligence
  • Premier acte de résistance

Résister pour dénombrer

  • Protomathématiques
  • Deuxième acte de résistance

 

Résister pour catégoriser

  • Protologique et taxinomies
  • Sur tous les fronts de la logique

 

Résister pour raisonner

  • Système 1, 2 et 3
  • Ultimes actes de résistance

 

Redéfinir le progrès cognitif

  • Un paysage de montagnes plutôt qu’un escalier
  • Décisions absurdes, démocratie des crédules, question de survie
  • Pourquoi faut-il (encore) aujourd’hui apprendre à résister

 

Résister pour le contrôle de soi, la tolérance et la paix : des clés pour l’éducation

  • L’inconstance de l’humain
  • Un grand bond en arrière
  • Court-circuit moral et résistance cognitive
  • Indépassable fragilité ?
  • Une éducation sociale à l’école
  • Un cerveau en clair-obscur
  • L’hypothèse du beau
  • GPS cérébral et pédagogie
  • Sens moral, résilience et résistance

 

Bibliographie sélective

 

Extrait 1 : Rien n’est plus amusant que d’observer un enfant qui s’interroge. Dans cet "instant cognitif", on a l’impression qu’il découvre tout à la fois le monde et les potentialités de son cerveau. Il est alors gourmand de culture et d’intersubjectivité. Il apprend !

Extrait 2 : Contre les "moutons de Panurge" jadis fustigés par Rabelais - en couverture -, qu’il s’agisse des mouvements trop précipités des neurones dans le cerveau de chacun lors des apprentissages cognitifs ou des influences sociales extérieures, il faut apprendre à résister aux automatismes de pensée lorsqu’il sont simplificateurs et dangereux, y compris chez les adultes. C’est l’esprit critique que la jeunesse doit cultiver, pour l’école, contre la terreur.

Extrait 3 : L’exemple cognitif le plus marquant et le plus connu de l’histoire des sciences est celui de l’impulsion des humains à croire que la Terre est au centre de l’Univers. C’est le "géocentrisme" auquel ont notamment résisté, à la Renaissance et contre l’Eglise, les cerveaux astronomes de Copernic et de Galilée avec leur nouvelle conception "héliocentrique" (le soleil est au centre de l’Univers). Comme on le sait, le procès de Galilée - sa résistance personnelle - a surtout porté sur la façon non divine de la dire et de le faire reconnaître : l’héliocentrisme était une réalité, non une simple hypothèse !

Remarques  : Des sites à consulter pour en apprendre plus :
- l’école d’aujourd’hui de Nathan : lea.nathan.fr
- le site de la fondation La Main à la Pâte (LAMAP) : http://www.fondation-lamap.org/

Auteur : Olivier Houdé, instituteur de formation, est aujourd’hui professeur de psychologie à l’Université Paris Descartes où il dirige, à La Sorbonne, le Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Éducation de l’enfant (LaPsyDÉ) du CNRS.
Il est le premier en France et l’un des premiers au monde à avoir articulé l’imagerie cérébrale et la psychologie expérimentale de l’enfant. Ses très nombreuses publications scientifiques et l’originalité de sa théorie lui ont valu d’être qualifié en 2004 par le Monde de l’Éducation « Le Piaget du XXIe siècle ».
Il est l’auteur de 16 livres, notamment aux PUF, Que sais-je ? (La psychologie de l’enfant, suite du Piaget, vendu à plus de 30 000 ex depuis 2004) ou manuels (L’Homme en développement, vendu à plus de 150 000 ex depuis 20 ans).

Editeur : Le pommier

Collection : Essais - Manifestes

Date de parution : Septembre 2017

Nombre de pages : 140

ISBN : 9782746512672

Une explication de la méthode de l’auteur en images :